Leve Leve à Sao Tome

Sao Tome c’est quoi? C’est où?

C’est une île volcanique sortie de nulle part au milieu du golf de Guinée à quelques encablures du Cameroun.

A un jet de pierre peut-être des côtes camerounaises!  Mais de Yaoundé ce n’est pas forcement plus simple que d’Europe d’y accéder! Ancienne colonie portugaise, les liaisons aériennes sont bien établies avec Lisbonne mais de l’Afrique Centrale, juste à côté, les liaisons aériennes sont rares et très variables. Pas de liaison directe Cameroun-Sao Tome et sur Internet difficile de trouver des vols car les compagnies qui font les liaisons sont toutes  black listées.

Donc de Yaoundé il faut obligatoirement passer par Libreville ou Malabo. Notre choix s’est porté sur Libreville pour découvrir un peu le Gabon et puis Insha’Allah! On trouvera bien un vol sur place. Fantastique! Nous sommes arrivés à Libreville le matin et l’après-midi même nous avions une correspondance avec Afrijet (services plutôt pas mal) pour Sao Tome.

 

Quelle belle découverte et quelles bonnes vacances reposantes pour nous changer de la vie bruyante et polluée de la capitale camerounaise.

Un voyage dans l’espace et dans le temps,

bienvenue sur l’île de Saint-Thomas…

Petit joyau de la nature, long d’une cinquantaine de kilomètres et trente de large, l’île de Sao Tome est peuplée d’un peu plus de 200 000 habitants.

L’île de São Tomé, à l’époque inhabitée,  est découverte le jour de la saint Thomas, le 21 décembre 1471, par les navigateurs portugais João de Santarém et Pedro Escobar. Au cours du xve siècle, des colons portugais viennent s’y installer, amenant avec eux des esclaves qui travailleront dans les plantations de canne à sucre. Le développement de l’archipel est très lent durant la période coloniale : au lendemain de la Seconde guerre mondiale, aucun lycée n’a encore été ouvert. L’archipel acquiert son indépendance le 12 juillet 1975 après la signature d’un accord à Alger, avec le président Manuel Pinto da Costa qui y installe alors un régime marxiste de parti unique. En 1990, le multipartisme est restauré et le pays s’ouvre à la démocratie. Malgré des tentatives de putsch, le régime démocratique reste en place et connaît des alternances politiques. Le président actuel est Evaristo Carvalho, élu en 2016.

L’économie  est celle d’un petit pays insulaire d’Afrique centrale, ancienne colonie portugaise, que les principaux indicateurs situent parmi les moins développés de la planète et dont la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté. L’archipel de Sao Tomé-et-Principe tire traditionnellement l’essentiel de ses ressources de l’agriculture, et notamment de la production de cacao, ce qui lui a valu le surnom d’« île Chocolat », mais fonde de nouveaux espoirs sur l’exploitation des hydrocarbures et le tourisme.

La nature omniprésente nous dévoilent 36000 facettes des paysages de savane au nord, aux massif montagneux au centre jusqu’aux mangroves du sud. Les plages sont tout aussi diverses jouant sur l’extrême variété chromatique des sables provenant des roches basaltiques environnantes.

Et presque sans touristes…

Sao Tome – La ville

Paisible petite capitale, Sao Tome est le centre politique et économique de l’île. Les Portugais y ont bâti, à leur arrivée, une cathédrale datant du 15ème siècle puis le fort Sao Sebastio en 1575 qui abrite aujourd’hui le musée national. C’est ici que nous avons loué notre petite Suzuki Jimmy qui nous a permis d’explorer l’île.

L’île Chocolat

Sao Tome est la première terre où furent plantés, en 1822, des cacaoyers apportés du Brésil comme plante ornementale, par les colons portugais. Au 19ème siècle, l’archipel ainsi que le continent africain ont connu l’essor du cacao. Bénéficiant d’une situation géographique exceptionnelle, l’île concentre toutes les qualités propices au développement du cacaoyer (température, hydrométrie, humidité, forêts d’ombrage et fertilité du sol volcanique).

Grâce à la mise en place d’infrastructures à l’image des grandes plantations, appelées Roças, São Tomé & Principe a su développer une production qui l’a menée au rang de 1er Producteur Mondial de Cacao en 1913.
En effet, cette année-là, l’île a produit 36 000 tonnes de cacao justifiant ainsi son surnom d' »Ile Chocolat ».
Depuis l’indépendance acquise en 1975 et suite à la baisse du cours mondial du cacao, la production ne dépasse plus les 3000 tonnes, une goutte d’eau au niveau de la production mondiale de plus de 3 000 000 de tonnes. Bien que marginale au niveau mondial, cette production représente pour le pays, l’essentiel de ses exportations et de ses revenus.

Aujourd’hui, la production cacaoyère n’est nullement destinée à revenir au niveau quantitatif d’antan. Le Cacao de São Tomé & Principe mise sur la qualité et à priori les méthodes de production sont bio. Le cacao de Sao Tomé est réputé, pour ses arômes riches, évocateurs d’une fertile terre volcanique. Des coopératives travaillent donc aujourd’hui pour le cacao avec des marques telles que Kaoka,  Frigoulette. Pour le café citons Malengo.

En Février-Mars, ce n’est pas la période de production du cacao, nous avons donc visité des coopératives comme la CECAB

Qui a des accords de partenariat avec un acheteur (Kaoka).

La structure coopérative permet d’aider les producteurs pour l’achat des intrants

Le lendemain de notre visite devait se tenir l’assemblée générale de la CECAB!

La salle est prête.

Petit tour des bâtiments…

Mais si il n’y avait pas de cabosses dans les arbres, il y a toujours du chocolat dans les boutiques et les usines!!! Allons faire un petit tour chez…

Le meilleur chocolatier de l’île à ce qu’on dit… Une réputation internationale!

Dans l’atelier, explications détaillées de la fabrication du chocolat

Et bien sûr dégustation des différents produits. Notre préféré le chocolat « sel-poivre »

Tout ça c’est aujourd’hui mais au cours de notre séjour nous avons été immergés, et même transportés, dans un autre temps. Au temps des colonies, des grandes plantations de cacao appelées « roças ».

Pour plus de détails sur ces petites « villes » et leur organisation, nous vous invitons à lire l’article de Duarte Pape et Rodrigo Rebelo de Andrade.

Pour notre part, nous nous sommes laissés porter dans ce voyage dans le temps

Agostinho Neto

Monte Cafe

Mais cette île, grâce à ses paysages sauvages, invite aux ballades et aux randonnées…

Une nature indomptée

Dans le centre se trouve la parc Ôbo, une petite ballade jusqu’au jardin botanique de Bom Successo nous a permis de découvrir une flore endémique variée et de découvrir de nombreux paysages comme la cascade de Sao Nicolau.

et nous avons pu découvrir des villages typiques  comme  Guadalupe, Santa Catarina, Pantufo et Santana. Partout, les maisons sont en bois, souvent sur pilotis. Tous les jours, les femmes se retrouvent au lavoir ou à la rivière pour laver le linge qu’elles font sécher ensuite à même le sol. Des grappes d’enfants en uniforme sortent joyeusement de l’école. L’éducation est une priorité nationale dans ce pays très pauvre. Sur la côte,  la pêche est l’activité principale de beaucoup d’hommes,

Mais les vacances c’est se détendre, se reposer. Alors nous avons visité tous ces sites tranquillement, 350 km en 10 jours, profitant de merveilleuses rencontres tant locales qu’avec quelques « blancs ». Et le soir, le repos est total dans le calme de pensions isolées dans la pleine nature:

A sao Tome ville – Residencia Avenida

A  Neves – Mucumbli – la sophistication européenne avec une vue imprenable

A Bombain – une pension fantôme dans un cadre idyllique

A Monte Cafe – Pension Effraim – Super accueil

A Sao Joao dos Angolares – Roça Sao Joao – Un Must!

magnifique roça appartenant à l’artiste Joao Carlos Silva (chef cuisinier, peintre, sculpteur, décorateur etc.)

Si les bâtiments sont très beaux, vous ne pourrez pas vous y arrêter sans sucomber au voyage gastronomique proposé par Carlos! 13 plats et amuse-bouche en 2h30!

Un voyage au pays des saveurs!

De magnifiques produits frais!

Un chef artiste au commandes ! (cliquez ici pour plus de détails)

Une farandole de plats pour le plaisir des yeux et des papilles!

  • 1er plat

Pas étonnant que l’endroit attire le pèlerin de passage!

 Et si vous y séjournez, vous commencerez la journée avec un bon petit déjeuner équilibré!

A Porto Alegre – Ecolodge de Praia Inhame en pleine nature et superbe plage

Bref, Sao Tome est un paradis sur terre à explorer très vite avant que la fréquentation touristique ne transforme l’ambiance hors du temps de ces endroits préservés.

Petits bonus…

Le style palette a un grand succès là-bas…

Sur le retour un petit arrêt à Libreville…

Gabonitude à Libreville

Libreville, la capitale gabonaise. Ambiance très différente de Yaoundé avec des bâtiments modernes, du calme dans la circulation, des trottoirs en bon état qui nous ont permis d’arpenter cette petite ville à pied et de longer sa promenade qui longe la mer où l’on croise des joggeurs comme si nous étions sur la promenade des anglais à Nice.

Esse é o fim

 

 

 

 

 

4 commentaires Ajoutez le votre

  1. Neveu dit :

    Merci pour cette balade instructive sur Soa Tome ! Je réserve chez Joao Carlos Siva et je me ferai une cure de chocolat 😉 est-ce possible de se baigner sur cette charmante île ?
    Je vous embrasse
    Corinne

    1. Thierry dit :

      Oh oui et l’eau est bien chaude et claire! Pour la baignade, les fanas iront à Principe, l’île sœur de Sao Tome.

  2. Sechoy dit :

    Superbe article sur Sao Tomé qui m’a bien donné envie d’aller y faire un tour. Merci pour le partage.

  3. Evelyne dit :

    Les photos sont magnifiques,
    merci pour ce voyage.
    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *